PULAU BURU (4 au 9 aout)





195 M nous sépare de notre prochaine destination, l'île de BURU. La météo annonçait 10 à 15 nœuds de vent, donc nous pensions passer 2 jours en mer. Départ à 9h de Banda, vent SE 15 nds grand largue, très vite le vent grimpe à 18nds et filons 7 à 8 nds. Au petit matin, il nous reste 80 miles à parcourir, on se dit que c'est faisable dans la journée. Le vent faiblit et Bernard met le spi pour maintenir une moyenne de 6 nds.



 Dans l'après midi le vent mollit encore et nous finirons les derniers miles au moteur. Nous arrivons à Namrole à la nuit tombée mais sous pleine lune et avec les cartes satellites. Nous mouillons dans 6m d'eau sur fond de sable. Mouillage rouleur mais supportable.
Il n'y a pas si longtemps, l'île était interdite aux touristes, c'est même encore écrit sur les cartes marines que l'on ne peut pas s'approcher à moins de 10 miles. Inutile de vous dire que l'île n'est pas du tout touristique et que les habitants vont nous réserver un accueil exceptionnel.







L'île a été colonisée par les hollandais qui exploitaient la culture de clous de girofle, puis occupée par les japonnais durant la 2eme guerre mondiale et fut un lieu d'exil pour les prisonniers politiques dont les communistes.
La population est constituée d'immigrés de Java et des Moluques. La religion est principalement chrétienne et seulement islamique dans le NE de l'île. Namrole est la capitale de l'île.
Notre séjour à Buru sera marqué par 3 jours d'incroyables festivités. On ne s'attendait pas à cela. Nous sommes pris en charge dès 9h du matin jusqu'au soir. Nous embarquons dans des mini bus et ne savons pas toujours ou nous allons. « go with the flow » disent les anglo-saxons.


Dans chaque village, nous sommes accueillis par toute la population, danses, discours du chef puis repas simple mais délicieux préparé par les villageois, puis activités diverses suivant le village.
A Wafusi, grand repas sur des nattes





A Wali, concours de grimpe aux cocotiers







A Watina river, course de radeaux en bambou






A Oki, courses de pirogues à moteur, puis snorkeling sur une petite île






Sans compter la cérémonie d'accueil et de départ à Namrole.





La plus grande joie des habitants est de se faire prendre en selfie avec nous.
Certains villages n'avaient jamais vu de touristes.





Bref, 3 jours intenses, et nous remercions chaleureusement tous les habitants de cette île qui nous ont reçu avec joie.

WAKATOBI (parc marin national)

PULAU WANGI WANGI (10 au 13 AOUT)


Après toutes ces festivités, avec quelques bateaux copains, nous décidons de quitter un peu le rallye et de sauter quelques étapes. Nous allons donc directement à Wakatobi (parc national marin) 217 M, avec un départ à 2H du matin, nous arriverons le lendemain à midi. Bon vent, grand largue, on n'avait pas sorti la grand voile depuis l'Australie.


Dans la baie avant d'arriver, nous slalomons entre les DCP (dispositifs de concentration de poissons) balisés par des sortes de radeaux en bambous. Inutile de dire qu'une arrivée de nuit serait dangereuse, ces dispositifs n'étant pas éclairés.



Nous entrons dans un lagon bien balisé (laisser les 2 boues oranges sur tribord), et contrairement aux guides nautiques, on peut y entrer à n'importe quelle heure de la marée. Gino, le comité d’accueil vient nous guider et nous mouillons dans 4m d'eau, fond de sable de bonne tenue devant la ville de Wanci.



Si le mouillage est bon, la ville n'est pas très jolie. Il y a un marché de jour et un beau marché de nuit, bien achalandé en fruits, légumes et poissons. Le poisson ne nous tente pas, vu les mouches qui tournent autour, par contre nous nous offrons des poulpes et des crevettes délicieuses.








On remarque bien des efforts pour maintenir la ville propre avec des poubelles un peu partout dans la rue mais il y a encore un gros travail à faire.



La curiosité sera la visite du village BAJAU MOLA. Les Bajau sont des nomades de la mer. Ils sont chasseurs, cueilleurs et passent la majorité de leur vie sur des bateaux, voyageant toujours en famille. Il existe quelques villages sur pilotis en bordure d'îles ou sur des récifs au large. On dit que quand naissent les enfants, les pères plongent avec leurs bébés de 3 jours pour les initier à la vie marine…







Ensuite, nous rentrons au bateau en traversant un immense marché couvert, un vrai souk.







Wakatobi étant un parc marin national, la grande attraction est la plongée. Jacques Cousteau déclara en 1980, que ces îles offraient les plus belles plongées au monde. Nous serons déçus, sans doute n'avons nous pas plongé aux bons endroits.
Pour aller plonger, justement, on nous avait indiqué un spot sur la carte. Nous y allons à pied, environ 6 km en longeant la route principale allant vers le nord. Vers midi, nous tombons par hasard sur un restaurent, le Wasabinua, il est le bienvenue et entrons dans un coin enchanteur, le restaurent se trouve sur un petit îlot bien ventilé et nous mangerons un repas délicieux.







Etant un peu fatigués, nous décidons de prendre un transport collectif pour le retour. Je hèle la première voiture, c'est un transporteur d'eau filtrée. Il nous fait monter dans sa benne et rentrerons à Wanci en s'arrêtant dans tous les lolos pour y décharger les bouteilles d'eau.




 

Blog de Cypraea - Template par GeckoandFly, Blogcrowds et Laurian.