Traversée de Ste Hélène à Fernando de Noronha sans problème: Beau
temps, Alizé régulier (10 à 15n) de Sud Est à Est, au vent arrière mais avec
presque un empannage par jour car à chaque passage nuageux le vent tourne de
30° voir plus : pas de quoi s'épuiser dans les manoeuvres!
Du coup nous avons eu pas mal de temps pour bricoler, ça tombait bien car le
pilote auto est tombé en panne dès le premier jour, heureusement le
régulateur a tout le temps bien marché (90% du temps). Le diagnostic était
facile : le mécanisme d'angle de barre est grippé et l'information n'est
pas transmise au calculateur. Georges a bien dû mettre une dizaine d'heure
(+ mon temps d'apprenti ouvrier) pour:
- l'enlever, démonter l'intérieur par le bas, comprendre le système, mettre
du WD40 pendant 48h pour dégripper, dé-souder le potentiomètre, faire des
mesures de résistance et tension afin de retrouver le calibrage
d'origine, Re-souder le potentiomètre, connecter le fil électrique sur le
calculateur du pilote située derrière la cloison de la cabine arrière au
moins une demi douzaine de fois, découper des bouts de tuyaux (!!!) pour
bloquer le potentiomètre une fois le calibrage trouvé (ça c'est du
bricolage !), faire des essais en branchant le pilote, remonter le tout.

Ensuite Georges a réparé toutes les petites pannes non urgentes qui
attendaient depuis plusieurs mois, Une perle !

Nous avons eu aussi la visite de passagers clandestins : des Noddis noirs
gros comme des petites mouettes ou sternes qui venaient se reposer sur le
bateau, il y en a eu jusquà une dizaine en même temps. Avec la pleine lune
on pouvait les observer à 20 cm!

Bernard avait du temps pour la cuisine, Massalé, rougail, crèpes, poissons
poêlés, repas meilleurs que sur les bateaux "Costa" d'après Georges.

Le 6ème jour on croise un bateau de pêche qui est exactement sur notre
route, l'AIS nous prévient 15 minutes avant donc pas de problème pour
l'éviter.

Enfin le dernier jour (22 avril) on croise la route du Cypraea du 27
février 2011, le tour du monde est bouclé en un peu plus de 8 ans.
Arrivée dans la baie de San Antonio à Fernando de Noronha après avoir
parcouru 1770 milles en un peu plus de 14 jours.

FERNANDO DO NORONHA
Escale un peu rapide à Fernando (3 jours) un peu gâchée le dernier jour par
des trombes d'eau entrecoupées de pluie et de toutes façons un ciel très
nuageux où il fait nuit à 17h. On a pu quand même visiter l'île : village
et côte Ouest, en effet l'accès des plages de la côte Est est payant. C'est
une végétation tropicale mais les espaces verts et les pistes et chemins de
randonnée ne sont absolument pas entretenus. Plein de touristes qui
viennent pour les plages, les tortues marines et les dauphins qui sautent
en l'air en tournant sur eux mêmes. Le bus local qui traverse l'île (8km)
était en panne mais on a été pris une fois par un car privé, l'autre fois
par un buggy, sans faire de stop. Pas de problème pour avoir la wifi (accès
public gratuit au village sinon dans certains restos). Bonne nourriture
Brésilienne, nous avons été les 3 midis au restaurant.. 4 petits supermarchés où il est
difficile de trouver des fruits et légumes frais (bananes noires, papayes
trop mures etc.). Une station service tout près du port pour le gaz oil
(70 litres depuis Walvis bay). Formalités de Clearance incroyablement
simples : Le maitre du port explique tout ce qu'on peut faire sur l'île,
appelle l'immigration et tout est réglé dans sa guérite en 20 minutes. Sauf
quand même qu'il te prévient que pour 3 jours ça va nous couter 970 Réals
(220€).
Mouillage dans la baie de San Antonio à l'ancre dans 20 mètres d'eau
heureusement de bonne tenue car ça souffle dans les grains!

Traversée de l'Atlantique 1- Namibie -Ste Hélène






































Traversée de Namibie à ste Hélène sans problème : Alizé régulier de Sud Est 10 à 20 noeuds, alternances de ciel couvert à ensoleillé, température fraîche au départ augmentant chaque jour, très peu de bateaux croisés, mer peu agitée avec parfois une houle significative , allures vent arrière à grand largue, vitesse moyenne du bateau entre 5 et 6 noeuds , enfin pêche de 3 poissons aussitôt mis sous vide.

Il nous aura donc fallu 9 jours pour faire 1239 milles et du moteur qu'au départ et à l'arrivée.
A ste Hélène nous sommes accueillis par Jacques d'Enjoy et Martin le Tchèque.
Dès le lendemain nous ferons ensemble le tour de l'île en taxi, visite de la tombe et du musée Napoléon compris évidemment.
L'île est entourée de falaises désertiques mais c'est une véritable forêt tropicale au centre et au fonds des vallées malgré la quasi inexistance de ruisseau. Très peu de culture ni même de jardin potager.
heureusement on trouvera quand même quelques fruits et légumes dans les magasins, un peu cher quand même (belles tomates locales à 4€/kg). Le mouillage sur bouée est devant la ville principale de Jamestown, il est parfois rouleur et ventilé par des rafales tombant de la falaise impressionnante située juste à 100m, on se baigne du bateau dans une eau translucide à 25º .
Pour débarquer, c'est un peu plus sportif à cause de la houle, il faut attraper des cordes qui pendent le long du quai. Une bouée écartée permet d'y laisser l'annexe en mettant un grand bout en va et vient. Douche, toilette, robinet d'eau, poubelle juste à côté, Douane et immigration en ville accessibles à pied. on y trouve aussi au moins 5 églises ! une banque sans ATM (monnaie Livres Ste Hélène en parité avec la pound anglaise), des petits super marchés, resto bars équipés du wifi à 7€/heure.
Nous avons pu aussi faire quelques randonnées intéressantes. les Hélènois sont très accueillants, tout le monde nous salut. pas de problème pour faire du stop, il y a presque autant de voitures que d'habitants.
Escale donc sympathique, reposante, indispensable aussi pour nous permettre de réparer la drisse de trinquette coupée en tête de mât, de changer 1 coulisseau de grand voile et différents bricolages moins urgents.

nous sommes 8 bateaux amarrés aux énormes bouées jaunes et rouges dont 4 français. Tout le monde semble partir lundi 8 avril, Enjoy pour le cap vert, Martin pour la Martinique, nous pour Fernando de Noronha et les autres pour le Brésil.






 

Blog de Cypraea - Template par GeckoandFly, Blogcrowds et Laurian.